Rapport du forum de sensibilisation sur la fièvre de la vallée de Rift et sur la situation de pâturage

 

République du NigerCollectif des Associations Pastorales du Niger

Arrêté n°133/MI/DGAPJ/DLP du 29 Avril 2003

BP: 686 Niamey- NIGER Tél: 20 75 27 37

GSM: 92240140 – 96893464 - 96253463

E-mail: capancollectif@yahoo.fr

Site Web: http://capan-niger.e-monsite.com/

 

 

 

Rapport du forum de sensibilisation sur la fièvre de la vallée de Rift et sur la situation de pâturage tenue du 24 au 25 janvier 2017 à Abalak

 

 

Table des matières

Contexte et justification. 2

Objectif global 3

Objectifs spécifiques. 3

Déroulement et résultats atteints du Forum.. 3

Conclusion et recommandations. 7

A l’endroit de l’Etat. 7

A l’endroit des communes. 7

Résolution. 8

En guise de conclusion. 8

 

 

 

 

Contexte et justification

Au Niger, l’élevage représente une composante importante de l’économie nationale en général. Il apporte une contribution substantielle aux populationsen matière de viande et du lait. Il est aussi à préciser que cette production animale repose essentiellement sur l’exploitation extensive des pâturages naturels qui constituent la principale source de fourrage pour le bétail. Cependant les conditions climatiques peu favorables, associées à la forte pression démographique qui est de plus en plus galopante, ont entraîné l’expansion des cultures au détriment des espaces pastoraux. Cette situation se traduit par l’occupation des couloirs de passage, des aires de pâturage, des gites de repos, des terres récupérées et des abords des points d’eau dans toute la zone agricole et agro-pastorale.

Ce faisant, avec le phénomène du changement climatique qui a entrainé une rareté très inquiétante des pluies, en particulier dans la zone pastorale, la situation est restée totalement en défaveur de l’éleveur et de ses animaux sur tous les plans.  A titre illustratif, en 2016, on note l’avènementde la fièvre de la vallée de rift, une maladie émergeante qui a décimée sur son passage beaucoup d’éleveurs et leur famille, mais aussi leurs troupeaux sans distinction de race, mais aussi. A ce dit phénomène, s’ajoute la situation du pâturage qui s’avère plus que préoccupante sur l’ensemble du pays et plus particulièrement dans la région de Tahoua, spécifiquement dans le département d’Abalak.

 

Vivement préoccupée par cette situation assez criarde que vit les éleveurs et leurs troupeaux, le Collectif des Associations Pastorales du Niger (CAPAN), un cadre de concertation, de plaidoirie et d’harmonisation de la politique d’intervention du secteur d’élevage, qui depuis sa création en 2000, constitue un précieux outil de coordination entre les sociétés civiles pastorales et sert aussi d’interface entre celles-ci et les partenaires au développement a organisé avec l’appui financier du projet régional d’appui au secteur de l’élevage PRAPS, un forum de sensibilisation sur la fièvre de la vallée de rift et sur la situation du pâturage dans cette région de Tahoua en collaboration avec les autorités administratives, coutumières, communal, techniques et  toutes les organisations pastorales et agricoles vivants dans cette région.

Objectif global

L’objectif global de ce dit forum a été de sensibiliser tous les acteurs qui œuvrent dans le secteur de l’élevage sur ces deux fléaux (le virus de la fièvre de la valle de rift et le manque de pâturage) qui menacent l’existence et de la population mais aussi des animaux dans la région de Tahoua. 

Objectifs spécifiques

Comme objectif spécifiques, on peut en citer quelques-uns que le CAPAN compte atteindre lors du forum. Il s’agit principalement de ;

  • Sensibiliser la population sur les causes, les manifestions et les précautions à prendre pour éviter la fièvre de la vallée de rift ;
  • Sensibiliser la population sur la situation du pâturage et les solutions idoines à prendre pour y faire face pendant les prochains mois
  • Vulgariser les 4 décrets d’applications en particulier celui qui est relatif au ramassage de la paille dans ce département
  • Sensibiliser les éleveurs sur le contenu du code pastoral ;
  • Sensibiliser les éleveurs sur l’importance de l’éducation notamment des jeunes filles ;
  • Sensibiliser les éleveurs sur la santé animale ;
  • Organiser une audience foraine de jugement supplétif au profit des éleveurs présents au forum.

Déroulement et résultats atteints du Forum

Pour ce qui est des résultats atteint à la fin de forum de sensibilisation, en voici quelques-uns atteints :

  • La population est sensibilisée sur la fièvre de la vallée de rift et des solutions sont prises pour y faire face
  • La population est sensibilisée sur la situation du pâturage au Niger et est édifiée pour y faire face
  • La persistance des conflits entre agriculteurs et éleveurs est réduite 
  • Le code pastoral est vulgarisé au sein des populations.
  • Les éleveurs sont sensibilisés sur l’importance de la vaccination animale
  • Les éleveurs sont sensibilisés sur l’importance de l’éducation de la jeune fille,
  • Des actes de naissances ont été délivrés aux éleveurs participants au forum

Les activités prévues lors de ce forum se sont réalisées en trois parties et facilitée par des experts en la matière durant deux jours.

Le premier jour du forum a concerné la discussion autour du thème qui est relatif à la situation du pâturage dans la zone pastorale. Cette journée, il faut le rappeler a commencée par le discours du préfet du département dudit département d’abord pour finir par celui du Secrétaire Général du de la régionde Tahoua qui ouvert le dit forum au terme de son discours. Après cette série de discours, le temps fut donné aux autorités de de se retirer tranquillement et cela juste après la pause-café.

Après la pause-café, la parole fut donnée aux experts pour édifier les participants sur la situation du pâturage avec un document officiel du ministère en charge de l’élevage.Après ces interventions des expert la parole fut donnée aux participant pour relater la situation de leur pâturage. Tour à tour, plusieurs participants ont intervenus pour décrier cette situation qui s’accentue de plus en plus sans solution objective pour y faire face.

 

De ces interventions enrichissantes, il est à remarquer que leurs substances tournent autour de la problématique question du ramassage de paille, qui fait encore objet de discussion car jusqu’à présent cette pratique reste en vigueur sans les autorités administratives, coutumières et communales ne puissent faire grand-chose pour l’en empêcher. Pour nos participants, l’application de ce décret d’application sur le ramassage de la paille semble constituer une partie du problème que les éleveurs et leurs troupeaux vivent dans la zone pastorale. Effectivement, jusqu’à présent il est observé, même après la signature de ce décret d’application, la situation reste intacte dans cette zone.

Seulement, les autoritéscoutumières et communales semblent dire qu’elles reconnaient que la situation est criarde, mais que la solution se trouve être entre les mains des éleveurs qui sont quasiment en brousse avec leurs anomaux. Selon elles, seuls ses derniers sont dans la capacité d’avertir qui de droit s’ils voient les ramasseurs de paille, mais malheureusement, tel n’est pas le cas.

 

Le deuxième jour a été consacré à des séances de sensibilisation sur la fièvre de la vallée de rift, un fléau pour les humains et les animaux et sur la sante animale. Un petit exposé a été fait par un des experts sur la nécessité pour tout transhumant d’avoir certificat international de transhumance CIT, avant d’entreprendre une transhumance avec ses animaux vers un pays étranger, limitrophe du Niger, membre de la CEDEAO.

Après les ditsexposés des experts, il y eut les interventions de ceux qui ont vécu directement le phénomène du virus de rift, il s’agit là, des autorités de Tchinta, Tilia et bien d’autres personnes ressources qui vivent dans la zone ou qui ont une connaissance sur les manifestations de cette maladie. Le premier constat sur cette maladie, est la méconnaissance de cette maladie et du CIT par quasiment tous les participants à ce forum. A titre illustratif, les participants à ce forum disent effectivement être au courant de l’existence de cette maladie à travers les radios, mais, estiment ne pas être en mesure de décrire un seul des symptômes de cette maladie, une zoonose en plus. Au-delà de cette maladie, ils ont accordés une importance particulière au CIT dont ils ignorent totalement l’existence. Ce faisant, grâce aux différents exposés, il a été constaté aussi, à travers les questions réponses que les participants ont bien saisie la leçon et comptent dans les prochains joursavertir les autorités compétentes en cas de suspicion d’un symptôme de cette maladie.

La fin de la journée a été consacréeà la définition des recommandations opérationnelles, relative à la situation du pâturage et celle de la fièvre de la vallée de rift. Ces recommandations ont été faite àl’endroit de l’état, du collectif et des communes afin tous puisse prendre en charge les deux situations. Une résolution et une seule a été dite au participantsafin que tous les acteurs, participants à ce forum fasse un plaidoyer autour de la sécurisation des espaces pastoraux, partout où ils se sente capable de faire. Ce plaidoyer peut se faire au niveau régional, départemental, communal et même local, l’essentiel est que cela porte des fruits.

En marge de ce forum, il y eut des audiences en vue d’établir des actes d’états civils aux participants et non participants qui trouvent nécessaire d’avoir sur soi une carte d’identité nationale.

 

 

 

 

Conclusion et recommandations

 

A l’endroit de l’Etat 

  • Considérant que les communes excédentaires en fourrage sont celles qui reçoivent une forte concentration d’animaux en période de soudure, en tenir compte dans la répartition des aliments du bétail, après au préalable vérifier cette concentration.

 

  • Intensifier la sensibilisation des éleveurs en vue d’un changement de comportement en s’adaptant au changement climatique à travers l’adoption des nouvelles techniques d’élevage (déstockage, cultures fourragères, insémination artificielle, valorisation des fourrages grossiers, gestion rationnelle des ressources naturelles.

 

  • Sensibiliser les éleveurs transhumants sur l’obligation de disposer d’un Certificat International de Transhumance (CIT) avant d’entreprendre toute activité de transhumance et que l’Etat mette à la disposition des services déconcentrés les copies de ce document et les moyens nécessaires permettant un contrôle efficace et efficient au niveau des postes frontaliers.
  • Renforcer les capacités des laboratoires pour le diagnostic des principales maladies animales dont la FVR.
  • Intensifier les séances de sensibilisation sur la FVR ainsi que les risques associés en mettant l’accent sur les femmes et les enfants.
  • Garantir la disponibilité du vaccin contre la FVR pour une éventuelle riposte. Assurer la disponibilité des moyens de protection contre la FVR (gants, moustiquaires imprégnés) et d’hygiène au niveau des services de proximité.

A l’endroit des communes 

  • Créer les conditions d’une représentation efficace des éleveurs dans les instances de prise de décision (gestion des intrants zootechniques, vulgarisation et application des textes réglementant la gestion du pâturage.
  • Créer un dispositif communal de prévention et de gestion des questions pastorales.

Résolution

Mener un plaidoyer fort et porteur auprès de l’Etat pour une meilleure sécurisation de la zone pastorale.

En guise de conclusion

Afin de rendre pérenne les recommandations de ce forum, il est important qu’un suivi de proximité soit fait par le collectif des associations pastorales du Niger CAPAN dans la zone pastorale pour s’assurer non seulement que les participants ont compris la leçon mais aussi et surtout pour s’assurer que l’aliment bétail est mis en place dans les temps et redistribuer aux éleveurs qui sont à la base c’est-à-dire ceux qui sont auprès de leurs animaux et qu’on peut appeler vulnérables, donc, propriétaires d’une dizaine de tètes seulement.